La culture

Un modèle responsable

Au cœur des enjeux environnementaux, notre interprofession œuvre à valoriser cette plante aux mille vertus. Tour d'horizon de ses atouts par grands domaines :

 

Ecologie

  • Pompe à nitrates et à métaux lourds, le chanvre est planté en bord de Seine pour la nettoyer avant les prochains Jeux Olympiques.
  • 1 ha de culture de chanvre stocke autant de CO2 qu’1 ha de forêt, soit 15 t.
  • Dans une construction, 1 m² de mur en béton de chanvre emmagasine 35 kg d’équivalent CO2 sur 100 ans.
  • Les voitures conçues avec des matériaux biosourcés (feutre de portière et/ou tableau de bord en composite de chanvre) sont plus légères. Un gain de poids de 20% de pièces pour les mêmes performances techniques permet de minimiser les émissions de CO2 de 25 g/100 km et d’essence de -1 cl/100km.

 

Agronomie

  • Excellente tête de rotation, le chanvre structure le sol grâce à ses racines pouvant aller jusqu’à 3 m de profondeur et fertilise les cultures suivantes grâce à la biomasse (les feuilles principalement).
  • Le chanvre ne nécessite ni herbicide, ni fongicide, ni insecticide en végétation.
  • Le chanvre rompt les cycles des maladies et des mauvaises herbes inféodées aux autres cultures.
  • Ses besoins en azote sont modérés et il peut facilement être valorisé en agriculture biologique.
  • Véritable réservoir à biodiversité grâce à la hauteur et à la densité de la culture, il est apprécié des araignées et carabidés, prédateurs des ravageurs des cultures.

 

Eco-responsable

  • Avec un secteur à taille humaine, une production locale Made in France pour des marchés de proximité, l'analyse de cycle de vie du chanvre est optimisée au maximum.
  • Les acteurs de la filière respectent la législation européenne.
  • Culture annuelle, le chanvre est une ressource renouvelable et ajustable.
  • De la récolte à la transformation industrielle, le process est 100% mécanique (aucune chimie).
  • La filière est autonome et sous contrat long terme avec les producteurs pour assurer des capacités de production correspondant au marché.

 

 
 

3.2.1 Le chanvre dans le monde

Avec une production mondiale de plus de 100 000 ha en 2016, les surfaces de chanvre augmentent progressivement depuis 2012. La France reste leader du marché européen avec plus de la moitié des 33 000 ha.

3.2.2 Les chiffres clés du chanvre en France

En 2017, 16 400 ha de chanvre sont cultivés en France, dont 1 735 ha en production de semences. 1 414 producteurs cultivent cette plante avec des rendements moyens de 1 tonne de chènevis et 7 t de paille par hectare. Les graines (11 % du volume récolté) et les pailles (89 % du volume) représentent respectivement 21% et 79 % de la valeur économique issue de la culture.

 

3. Les produits issus du chanvre

Certains annoncent le chanvre comme la solution à la crise (Alexis Chanebau dans son livre « Le chanvre, du rêve aux 1000 utilités »). Ce qui est évident, c’est que cette plante venue du néolithique continue d’évoluer avec l’Homme. Plus de 600 produits dérivés sont brevetés dans le monde, et la moitié provient de Chine. La France innove également avec des brevets, comme le béton de chanvre préfabriqué pour faciliter la mise en œuvre des bâtiments.

3.2.4 Le poids économique et social de la filière

Avec 1 538 emplois de la sélection variétale à la première transformation et 16 400 ha cultivés en France en 2017, la filière chanvre reste une petite filière. Pourtant, le dynamisme des acteurs et l’innovation produits placent le chanvre au premier rang de toutes les cultures pour répondre aux attentes environnementales de la société. Une sixième chanvrière (GatiChanvre) a été inaugurée le 29 septembre 2017 en présence de Jacques Mézard, Ministre de la cohésion des territoires. Plus de 1 000 personnes ont déjà été formées à l'éco-construction à base de chanvre. Et le premier bâtiment tertiaire avec tous les labels environnementaux a été présenté le 13 octobre 2017 à Noyal sur Vilaine. Au printemps prochain, une exposition sur la construction à base de chanvre aura lieu à Paris avec l’ordre des architectes. L’actualité illustre une fois de plus le dynamisme des passionnés de la filière.

 

Tranquille de l’implantation à la récolte

 

Cette culture annuelle implantée majoritairement dans la moitié nord de la France est atypique. Comme elle ne nécessite aucun traitement fongicide, insecticide et herbicide au champ, l'implantation et la récolte constituent les deux seules interventions du producteur. Culture de printemps, elle est semée en avril-mai et récoltée de fin août à octobre. Elle a besoin d’eau et de nourriture (fertilisant) pour atteindre jusqu’à 3,5 m de haut. Sa récolte nécessite un matériel spécifique et un temps d’intervention plus long que la majorité des cultures, la graine étant fragile et la paille demandant plusieurs interventions avant sa transformation. Suivant la destination de la production, la variété, l’itinéraire cultural et le mode de récolte peuvent varier.

Pour les atouts agronomiques voir page agronomie

Pour plus d’info : http://www.terresinovia.fr/publications/guides-de-culture/guide-de-culture-chanvre-2017/

 

Une culture surveillée de près

 

Le chanvre Cannabis sativa l. se distingue de son cousin Cannabis indica interdit en France, par son taux de THC (Δ9 – tétrahydrocannabinol). Le chanvre est soumis à la réglementation française et européenne (harmonisées depuis 2004), autorisant dans l’Union européenne uniquement les variétés ayant moins de 0,2% de THC. Les semences utilisées doivent donc être obligatoirement certifiées et inscrites au catalogue européen. Chaque sac de semence porte une étiquette officielle du SOC (service officiel de contrôle). En août, le taux de THC est contrôlé dans 30 % des surfaces cultivées via des prélèvements envoyés en laboratoire.