Newsletter du Chanvre N°2

Les hommes de la filière

Maxime Charrier, artisan en isolation, convaincu par le chanvre

Maxime Charrier a créé son entreprise (Solecobois) en 2011 à Guéret (Creuse) avec son père. Solecobois isole des bâtiments avec des matériaux uniquement d'origine végétale, notamment ceux à base de chanvre (gamme Biofib’Isolation). Pourquoi ? « Il y a d'abord le côté végétal, c'est-à-dire renouvelable, qui améliore le bilan carbone. Utiliser du chanvre, c’est aussi retrouver un matériau ancien qui a déjà fait ses preuves. De plus, en termes de durabilité, la fibre végétale est incomparable. Contrairement aux matériaux d'origine minérale qui absorbent toute humidité de l'air, le chanvre est perspirant et ne se détériore pas. Enfin, les utilisateurs de ces bâtiments et habitations ressentent réellement une sensation de mieux-être. Sans compter que pour nous, artisans, le chanvre est un produit très agréable à travailler. Nous captons de nouveaux clients par le biais d’un besoin en isolation. Nous leur expliquons ensuite l’intérêt des produits d'origine végétale. »


Les débouchés

Construction : Premier bâtiment avec des panneaux préfabriqués en béton de chanvre

Les services Informatique et QSE de Triballat Entreprise agroalimentaire familiale spécialisée dans les domaines du bio, du végétal dont le chanvre, des fromages et de la nutrition) basé à Noyal-sur-Vilaine (35), sont maintenant installés dans un bâtiment en béton de chanvre. A la clé : confort thermique, hygrométrique, sanitaire et acoustique. Quentin Pichon de l’agence CAN-ia a assuré une partie de la maîtrise d'œuvre et d’éxécution, en collaboration avec Christophe Lubert de LB Eco Habitat. 31 panneaux d’une hauteur d’un étage ont été préfabriqués dans l’atelier LB Eco Habitat de Bédée (35) avec une ossature bois et 28 cm en béton de chanvre. « C’est le premier chantier de cette envergure en préfabriqués », précise Christophe Lubert. « Cela a permis 20 à 30 % d’économie (temps de séchage, matière première...) comparé au béton projeté sur chantier. » Pour la toiture, 37 cm de béton léger (70 kg /m²) ont été projetés sur place. Le bâtiment est conforme au Label E+C- et en cours de labellisation BBCA. « Il a coûté moins de 3 % de plus qu’une solution conventionnelle », souligne Quentin Pichon. « Mais les économies de climatisation et de chauffage rééquilibrent le budget. »


Village olympique 2024 : une carte à jouer pour le chanvre 

Pour les JO 2024, plus de 3000 logements devront être construits sur 30 ha en Seine St Denis et sur huit étages. Pas moins de deux ans de travaux avec 80 chantiers simultanés. Comment y parvenir dans les délais, dans le budget et sans polluer ? 30% des gaz à effet de serre proviennent en effet de l’immobilier et l’État souhaite des JO respectueux de l’environnement. Le projet 2024 mise donc sur les matériaux préfabriqués et biosourcés. La durabilité est également un critère important dans l’attribution des marchés car ces résidences seront ensuite reconverties en logements sociaux. Sur tous ces points (réduction des émissions de CO2 lors de la construction, performances thermiques et hygrothermiques réduisant les consommations d’énergie, durabilité), le chanvre a une carte à jouer. Et ce, d’autant plus que la construction du bâtiment de Triballat a démontré grandeur nature que le béton de chanvre en préfabriqué répond aux exigences du projet en terme de rapidité de construction (moins de deux semaines de montage pour 1 000 m²).


Automobile : Renault convaincu par le chanvre 

Depuis avril 2018, Renault utilise un matériau plastique composé de 20% de fibres de chanvre pour la planche de bord de sa Mégane. Ce modèle, lancé fin 2015, est ainsi allégé de 1,25 kg, soit 23% de gain de masse sur la fonction concernée. A raison de 900 véhicules/jour produits sur trois ans, la réduction des émissions de CO2 sur les dix ans de circulation de la flotte, avec 10 000 km/an/véhicule, est de 12 500 T. La baisse de la consommation de carburant permet également de faire 103 millions de kilomètres supplémentaires pour l’ensemble de la flotte avec la même quantité de carburant. « Ce résultat est le fruit d’un travail acharné de toutes les équipes depuis quatre ans, afin de convaincre Renault d’utiliser ce type de matière innovante sur un de leur modèle phare », souligne Pierre Demortain d’APM. « L’implication des dirigeants de la coopérative Interval a été déterminante pour donner les garanties nécessaires au constructeur en termes de qualité et de réduction de l’impact environnemental (reconnu à -22% par Renault comparé aux solutions standard du marché). »


Alimentation : bientôt un cahier des charges « chènevis français » 

« Au niveau mondial, on trouve de plus en plus de chènevis avec des taux de THC et une conduite culturale d’un niveau de qualité moindre que ceux du chènevis français », explique Julien Guillon, responsable technique filière chanvre à la Cavac. InterChanvre a donc travaillé avec plusieurs chanvrières à la rédaction d’un cahier des charges « chènevis français ». Objectif : différencier la production de l’Hexagone en apportant quatre garanties, à savoir une origine France, un produit non OGM, avec un THC < 0,2 % et un taux de résidus phytosanitaires proche du zéro. « La première étape de cette démarche est d'apporter ces garanties aux acheteurs de chènevis pour le marché alimentation humaine, puis dans un second temps, de toucher le consommateur final avec l’apposition d’un logo sur les produits en rayon. C’est essentiel si on veut créer une filière et de la valeur ajoutée pour le producteur. » Ce cahier des charges, en cours de finalisation, sera diffusé aux producteurs à partir de février 2019 par les chanvrières qui souhaitent entrer dans la démarche.


Economie

En Italie, des aliments plus light grâce au chanvre

À l'issue des États généraux de l’alimentation (EGA), le gouvernement a présenté un projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales. Objectif : rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs et améliorer les relations commerciales et contractuelles entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs. Pour ce faire, le projet de loi prévoit que le calcul des prix figurant dans les contrats se base sur des indicateurs de coûts de production et de prix de marché, indicateurs qui seront construits et diffusés par les interprofessions. Interchanvre travaille actuellement à la rédaction d’un contrat type avec une liste d’indicateurs qui pourront être adaptés par chaque bassin de production de chanvre en fonction de leurs spécificités (débouchés, circuits courts ou longs…). Celui-ci devrait être finalisé cet automne. Il permettra aux producteurs de chanvre, qu’ils soient en circuit court ou long, de contractualiser avec la structure à qui il vendra sa production.


Près de 30 % de surface de chanvre en plus en Europe en 2017 

En 2011, les surfaces de chanvre européennes ont atteint leur plus bas niveau depuis 1994 avec seulement 8 000 ha. Depuis, la croissance a repris très fortement pour atteindre 25 000 ha en 2015, 33 000 ha en 2016 et 42 500 ha en 2017, notamment pour répondre à la demande du marché des produits diététiques (chènevis) mais également celui de l'industrie automobile (fibres de chanvre). L'Association Européenne du Chanvre Industriel (Eiha) prévoit une croissance modérée pour les prochaines années, voire une stabilité. Les plus grands pays producteurs sont la France (dont les surfaces progressent depuis 2013), l’Estonie, l’Italie, les Pays-Bas et la Lituanie. Le Royaume-Uni et la Roumanie, acteurs importants dans les années 1995-2005, voire 2010, ont quasiment disparu du paysage. En revanche, au cours des dernières années, de nombreux pays européens, comme La Lituanie et l’Estonie, ont démarré la culture.


Réglementation

Renouvellement de la CVO

La Contribution Volontaire Obligatoire est une redevance payée par les producteurs lors de leurs achats de semences de chanvre. Son montant est voté tous les trois ans par les producteurs et les transformateurs représentés au sein du conseil d'administration d'InterChanvre. Elle sert à financer un plan d'actions également défini pour trois ans, dans un cadre réglementé par le ministère de l’agriculture (avec qui des points d’étape sont réalisés tous les trois mois), et mis en œuvre par InterChanvre. Le 5 septembre 2017, le conseil d'administration d'InterChanvre a pu voter une baisse de la CVO à 0,70 €/kg de semences (au lieu de 0,75 €/kg) grâce à l’augmentation des surfaces, ainsi qu’un nouveau plan d'actions intégrant cette fois-ci un volet communication.


Les premières actions communication du plan triennal 

Depuis fin 2017, InterChanvre a déjà modernisé son logo, refondu son site web, créé des flyers téléchargeables sur le site (www.interchanvre.org/actu_presse-documents_de_reference) par type de débouché, lancé un club des communicants du chanvre, véritable relais pour la newsletter qui a vu le jour ce printemps. Une stratégie filière a été élaborée fin 2017, base de toutes les négociations avec le ministère de l’Agriculture. Une journée du chanvre a eu lieu pour la première fois au SIA cette année. Une agence relations-presse a également été engagée pour une meilleure visibilité de la filière dans les médias avec une première conférence de presse en juin dernier. Et pour expliquer toutes les facettes de la construction en chanvre, une maquette 3D a également été réalisée. Fin 2018, sortiront sur Youtube les premières web-séries sur le chanvre.


Agenda

15-16 septembre 2018 : Journée du Patrimoine (Paris)

Le Ministère de l’Agriculture invite pour la première fois la filière Chanvre à exposer dans ses murs aux côtés d’autres filières déjà présentes les années passées comme la CELC avec le lin (Confédération européenne du lin et du chanvre).


10-11 octobre 2018 : Congrès International Eco-plasturgie (Alençon) 

A l’occasion du Congrès International Eco-plasturgie « Osez les matériaux biosourcés ou recyclés ! » organisé par la SFIP (Société Française des Ingénieurs des Plastiques) et l’ISPA (Institut Supérieur de la Plasturgie d’Alençon), APM interviendra sur le thème de « L’accélération confirmée des performances des Fibres Naturelles et la nouvelle génération de matériaux NAFILean™ ».

http://www.sfip-plastic.org/cms/wp-content/uploads/2017/12/Prog_CongresSFIP_ISPA_IMTLilleDouai_BiosourcesRecycles.pdf

Ça s’est passé

11 juillet 2018

Reportage sur le chanvre alimentaire sur France 2 (Télématin) : https://www.france.tv/france-2/telematin/581085-conso-quand-le-chanvre-se-mange.html


20 juin 2018
 

Lors de son AG, Construire en Chanvre a élu son nouveau président : Jean-Claude Daniel, actuel trésorier du collectif 3C Grand Est (la première antenne régionale de Construire en Chanvre). Le conseil d’administration est également passé de 12 à 15 membres.


10 avril au 17 mai 2018
 

L’exposition « Construire en Chanvre » dans les locaux de l’Ordre des Architectes à Paris a fait connaître les enjeux du développement de la filière chanvre aux professionnels et au grand public.